Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

monjangaia

monjangaia

C'est un blog d'informations et d'analyses sur l'actualité internationale en général, et, malgache, en particulier.


Madagascar: 54 ans d'indépendance, 04 crises politiques majeures et un pays désenchanté.

Publié par Eddy Rabe sur 25 Juin 2014, 18:43pm

Madagascar fête ce 26 juin 2014 le 54ème anniversaire de son accession à l'indépendance. Un événement particulier pour les Malgaches, célébré en liesse comme chaque année et qui constitue l'un des rares moments, si ce n'est le seul, pour la population d'afficher son patriotisme et sa fierté envers son pays. Après ce demi-siècle d'indépendance en effet, le constat sur le développement du pays prête plus au désespoir. Crises politiques, mauvaise gouvernance, corruption tel est le lot de vicissitudes qui ont émaillé l'histoire de Madagascar pendant ces 54 ans. Cette année, la fête de l'indépendance revêt un caractère particulier car c'est la première célébrée après les 05 ans de crise politique et l'instauration d'un pouvoir légitime élu démocratiquement. C'est un nouvel avènement, celui de la IVème République sur lequel repose l'espoir de tout un peuple d'aspirer à un avenir meilleur.

Les instigateurs du mouvement populaire de 1972 ayant entraîné le renversement du régime de Philibert Tsiranana, père de l'indépendance, ont dû amèrement constater leur désappointement 42 ans après leur lutte. A l'époque, ces trublions de la Place du 13 mai 1972, la plupart des jeunes universitaires dénoncèrent le néocolonialisme du pouvoir et réclamèrent une souveraineté plus juste pour Madagascar afin que les Malgaches puissent décider eux-mêmes de la destinée de leur pays. Quatre décennies plus tard, non seulement, les voeux souhaités d'un Madagascar meilleur n'ont pas été exaucés, mais aussi, le pays se retrouve loin, bien loin de son niveau de vie de1972. Au lendemain de l'indépendance jusqu'en 1972, Madagascar faisait pourtant figure de proue des pays les plus riches en terme de revenus par habitant parmi les pays ayant bénéficié de la décolonisation de par le monde. Aujourd'hui, Madagascar fait partie des pays les plus pauvres de la planète; un peu plus de 90% de la population vivent dans une extrême pauvreté. En 50 ans d'indépendance, la Grande Ile n'a pas su trouver les bonnes orientations politiques efficaces pour se développer. Six régimes (sans compter l'actuel instauré il y a tout juste 6 mois) se sont succédés au pouvoir et tous endossent une part de responsabilité pus ou moins grande de la situation dans laquelle se trouve actuellement le pays. La politique n'a jamais servi les gouvernés. Bien au contraire, les politiciens se sont servis plutôt qu'ils n'ont servi. Depuis l'indépendance, jamais Madagascar ne s'est retrouvé sur une phase ascendante de développement. Pire, à cause des politiciens opportunistes et dénués de tout sens de devoir et de patriotisme, ce pays a connu 04 crises politiques majeures (1972, 1991, 2002 et 2009) plongeant, à chaque fois, dans le marasme sa situation économique. En moyenne donc, sur ces 54 ans d'indépendance, 01 crise politique vient interrompre la dynamique de Madagascar tous les 12 ans. C'est trop pour espérer une stabilité pérenne en vue de construire une nation solide en voie de marche pour le développement. La dernière en date d'ailleurs, longue de 05 ans (2009-2014), a de plus en plus fait sombrer le pays.

54 ans de désenchantement

Actuellement, les Malgaches sont résignés et ne croient plus depuis longtemps à leurs dirigeants, qui ne se sont préoccupés que de leurs propres intérêts. Le fatalisme a gagné l'ensemble de la population. Chacun use de ses propres moyens pour améliorer son quotidien et plus personne ne songe réellement à un avenir meilleur. Pourtant, ce ne sont pas les ressources naturelles qui manquent à ce vaste pays. Madagascar est potentiellement riche mais il a été pillé par ses dirigeants sans que la majorité de la population n'ait pu bénéficier des retombées de ces richesses. L'emprise des puissances étrangères sur la classe dirigeante n'arrange en rien la situation car comme beaucoup de pays colonisés, Madagascar reste sous influence de l'ancien pays colonisateur. L'ombre du pays colonisateur plane à chaque grande décision politique locale pour préserver ses intérêts, quitte à protéger et à soutenir le pouvoir complaisant aussi despote soit-il et peu importe ce peut subir ou penser le petit peuple. D'ailleurs, comment Madagascar peut-il jouir pleinement de son indépendance quand on sait que même son budget est tributaire des aides extérieures? C'est un vrai paradoxe après 54 ans d'indépendance et ce que peut représenter potentiellement le pays. Depuis janvier 2014, un nouveau pouvoir s'est installé. Un pouvoir qui fait entrer Madagascar dans l'ère de la IVème République. Comme à l'accoutumée, les nouveaux dirigeants promettent monts et merveilles pour sortir le pays de la pauvreté. Sans être médisant de ce nouveau pouvoir mais les 06 mois de la conduite des affaires de la nation prêtent au scepticisme. Ce qu'il y a malheureusement à retenir dans ce pays, c'est que le pouvoir et les hommes changent mais les méthodes de gouvernance demeurent. Il serait peut-être tôt de tirer une conclusion sur ce pouvoir, maître de cérémonie de la première fête de l'indépendance de la IVème République, mais, après 54 ans de désenchantement, les Malgaches peuvent légitimement être en droit d'être impatients.

Eddy Rabe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vonvon 26/06/2014 21:50

pauvre madagascar dans la main d'un incapable

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents