Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

monjangaia

monjangaia

C'est un blog d'informations et d'analyses sur l'actualité internationale en général, et, malgache, en particulier.


Les "Premières" enchantées des Barea.

Publié par Eddy Rabe sur 5 Juillet 2019, 21:04pm

53ème minute. Carolus Andriamahitsinoro, attaquant des Barea s'apprête à tirer le coup-franc, synonyme du deuxième but malgache face aux Super Eagles nigérians. Madagascar 2 - Nigéria 0. A l'issue du match, les Barea terminent 1ers de leur groupe et filent en 1/8èmes de finale. Moment d'euphorie et historique.

53ème minute. Carolus Andriamahitsinoro, attaquant des Barea s'apprête à tirer le coup-franc, synonyme du deuxième but malgache face aux Super Eagles nigérians. Madagascar 2 - Nigéria 0. A l'issue du match, les Barea terminent 1ers de leur groupe et filent en 1/8èmes de finale. Moment d'euphorie et historique.

Premiers de leur groupe, les Barea ont hérité de la République Démocratique du Congo, l'une des quatre meilleures troisièmes à l'issue de la phase de groupes de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN), pour les huitièmes de finale. Le match aura lieu le dimanche 07 juillet prochain, une date qui restera déjà dans l'histoire de tout un pays quelle que soit l'issue de la rencontre.  

Soyons honnêtes, si on nous avait dit que les Barea de Madagascar, pour leur première participation à la CAN, atteindraient les 1/8èmes de finale de la compétition en étant premiers de leur groupe, on n'aurait pas cru. D'autant que les matchs de préparation d'avant compétition n'ont pas trop poussé à l'optimisme avec aucune victoire (3 défaites et un match nul). Sauf qu'entretemps, il s'est dégagé au sein de ce groupe une chose que son sélectionneur, Nicolas Dupuis, a su insuffler à ses hommes. La solidarité, l'engagement, l'enthousiasme et la fierté montrés par les joueurs malgaches sur le terrain suscitent tout simplement l'admiration. Et le tout couplé à une touche tactique bien maîtrisée avec un 4-3-3 très compact. La ligne défensive en bloc et la projection en vitesse vers l'avant ont été séduisantes à voir avec des joueurs bons techniquement comme Carolus, Bolida, Anicet, Marco ou encore Ahmada. Derrière, même si elle a été coupable sur les deux buts encaissés face à la Guinée lors du premier match, la charnière centrale monte progressivement en puissance et est devenue rassurante sur les deux derniers matchs, voire époustouflante contre le Nigéria. Sur les côtés, Metanire montre qu'il n'a pas été élu All Star, dans le Major League Soccer (championnat américain de football) avec des stars comme Zlatan Ibrahimovic, Wayne Rooney ou Nani, par hasard; et Jérôme Mombris, sur le flanc gauche, bien qu'il ne montre pas les mêmes performances que son coéquipier du côté droit sur le plan de l'attaque, assure défensivement. Sur ce point, Metanire régale avec ses montées et ses centres. Avec un peu plus de réalisme devant, son équipe aurait pu marquer beaucoup plus de buts en bénéficiant de la qualité de ses centres. 

Bref, dans son ensemble, les Barea ont plus que satisfait lors de cette phase de groupes et les résultats l'attestent. Premiers de leur groupe sans avoir essuyé aucune défaite avec 7 points devant le grand Nigéria qu'ils ont surclassé 2 à 0 sur une victoire probante, les Malgaches ont fourni une prestation de haute volée saluée à l'unanimité au-delà même des frontières de l'Afrique. Pour une première qualification à une CAN, Madagascar est entré tout simplement dans l'histoire en terminant premier de son groupe puisqu'il est le premier pays à occuper cette place après la phase de groupes pour une première participation. Premier pays à s'être qualifié pour cette 32ème édition de la CAN, Madagascar enchaîne depuis les "premières" inédites et elles sont enchantées: on peut citer la première victoire face au Burundi, la première qualification en 1/8èmes de finale et une nation toute entière espère et prie pour que cette série ne s'arrête pas au soir du 07 juillet 2019.  

Patriotisme retrouvé

En effet, Madagascar, du nord au sud, d'est en ouest, est en totale ébullition face à la ferveur suscitée par son équipe nationale durant cette CAN. Sa diaspora, partout dans le monde, ne jure que par cette équipe. Les maillots aux couleurs des Barea se vendent comme des petits pains. Toute une nation semble avoir été soulevée par les bonnes performances de ce groupe d'hommes représentant un pays qui, jusqu'ici, n'a été connu que par ses faiblesses et les échos d'informations odieuses. Un élan de patriotisme est né grâce à la "grinta" montrée sur le terrain par Faneva Andriatsima, le capitaine, et ses coéquipiers. Il va sans dire que Madagascar affiche, depuis les élections présidentielles, un visage plus rayonnant. La stabilité politique a dynamisé l'enthousiasme de la population et a provoqué une ambiance plus gaie de la société. Les planètes semblent s'aligner cette fois-ci pour que Madagascar retrouve son lustre d'antan. Et l'avènement des Barea à la CAN n'a fait que réconforter cette atmosphère ambiante; il a fait remonter un patriotisme retrouvé. Jamais, depuis l'indépendance de Madagascar, un Malgache ne s'est senti aussi fier de son pays. On arborait fièrement le blanc, rouge, vert du drapeau dans les rues; l'hymne national est chanté à tue-tête, les soirs des victoires des Barea. On festoie, on est uni, on est ensemble pour un même pays, que l'on soit noir, blanc, jaune, avec des cheveux lisses ou crépus. La magie du sport, en général, du football, en particulier, est passée par là. L'Etat, par l'intermédiaire de son chef, Andry Rajoelina, n'a pas tardé à réagir pour soutenir au mieux les joueurs lors des 1/8èmes de finale au lendemain de la qualification. Il a affrété un Airbus A-380 pouvant transporter jusqu'à un peu moins de 500 personnes pour acheminer les supporters et quelques anciennes gloires du football malgache souhaitant assister au match de dimanche à Alexandrie. Certes, le voyage n'est pas gratuit mais dès l'ouverture des réservations, les agences de la compagnie aérienne nationale ont été "prises d'assaut" par des foules immenses désireuses de se procurer le fameux sésame. C'est un événement sans pareil montrant l'engouement incommensurable du phénomène Barea. Les Barea ont montré la voie, il s'agit à présent d'entretenir cette flamme du patriotisme pour un Madagascar fort et fier sur le plan international, et ce, dans tous les domaines. 

Maintenant, toutes les têtes sont tournées vers les 1/8èmes. Pour les Barea, la mission est déjà plus qu'accomplie. Cette campagne de phase finale de CAN 2019 demeure déjà comme une grande réussite sportive, médiatique et populaire pour Nicolas Dupuis et sa troupe. Cependant, au vu de leur engagement sur le terrain, il n'est plus à en douter que ces joueurs sont et restent des compétiteurs et en tant que tels, ils ne vont pas vouloir s'arrêter en si bon chemin. Et c'est le souhait aussi de tout un peuple. Mais la route est encore longue. C'est une autre compétition qui commence et toutes les équipes vont monter en puissance. Déjà, il faut se méfier des Congolais. Leur troisième place est trompeuse; ça reste une grande équipe entraînée par un des meilleurs, si ce n'est le meilleur coach africain, Jean-Florent Ibenge, et composée par de très bons joueurs évoluant dans de grandes écuries européennes ou africaines. Les Congolais vont certainement vouloir se racheter, tels un animal blessé, aux yeux de leurs supporters pour effacer le souvenir du repêchage de la troisième place indigne de leur statut. Nos Barea le savent, sans l'ombre d'un doute. Aussi, la défaite 1-6 face à la RDC en terre malgache reste toujours en travers de la gorge de certains joueurs malgaches et de beaucoup de supporters. L'occasion est trop belle pour laver l'affront, et au-delà de l'enjeu, ce sera une motivation supplémentaire pour nos vaillants guerriers de se surpasser. D'autant que ce match va devenir un match de tout un groupe car le sélectionneur malgache devra se passer de son onze titulaire habituel en ne pouvant aligner Marco Ilaimaharitra et Bapasy. Le premier, précieux au milieu dans la récupération et auteur du joli but victorieux sur coup-franc face au Burundi est forfait en ayant récolté 2 cartons jaunes lors de la phase de groupes. Le second, pendant de Thomas Fontaine dans l'axe de la défense et auteur d'un grand match face au Nigéria, est blessé aux adducteurs. Sorti pendant ce match, il risque de rater, non seulement, la confrontation face à la RDC dimanche, mais aussi la suite de la compétition si les Barea vont plus loin que ces 1/8èmes de finale. C'est bien dommage mais cela fait partie des aléas d'une grande compétition. Il faut faire avec, d'autant que la solidarité de ce groupe n'est plus à démontrer. Les Barea ne seront pas seuls sur le terrain pour affronter les Léopards, tout le souffle et l'appui d'une nation les accompagneront. Ils sont désormais dans nos coeurs et ils écrivent leur histoire, l'histoire de tout un peuple.

MIARA-MIRONA. ALEFA BAREA!*

 

*: Tous ensemble. Allez-y Barea!

 

Eddy Rabe

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents