Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Monjangaia

Monjangaia

C'est un blog d'informations et d'analyses sur l'actualité internationale en général, et, malgache, en particulier.


MARADONA POUR TOUJOURS!

Publié par Eddy Rabe sur 25 Novembre 2020, 21:49pm

Diego Maradona, brandissant le trophée de la Coupe du Monde en 1986, lors de la victoire de l'Argentine face à la RFA (Allemagne)  3 - 2. Le monde venait de découvrir durant cette compétition "El Pibe de Oro". À lui tout seul, Maradona avait offert ce deuxième sacre à l'Argentine. Dès lors, il devint une icône de tout un pays allant même jusqu'à le surnommer "Dieu".

Diego Maradona, brandissant le trophée de la Coupe du Monde en 1986, lors de la victoire de l'Argentine face à la RFA (Allemagne) 3 - 2. Le monde venait de découvrir durant cette compétition "El Pibe de Oro". À lui tout seul, Maradona avait offert ce deuxième sacre à l'Argentine. Dès lors, il devint une icône de tout un pays allant même jusqu'à le surnommer "Dieu".

Les médias argentins l'ont annoncé vers la fin de l'après-midi, heure française: Diego Armando Maradona est décédé à l'âge de 60 ans des suites d'une crise cardiaque. Le monde du football et même au-delà est ébranlé par la nouvelle. Ceux qui ont eu la chance de le voir jouer et qui connaissent le foot peuvent tous l'attester, Diego Maradona était un joueur unique, hors du commun et doté d'un talent surnaturel. À lui tout seul, il transcende une équipe et offre un spectacle, que lui seul sait le faire avec le ballon rond. Issu d'une famille très modeste et élevé jusqu'à son adolescence dans un quartier pauvre de Buenos Aires, Maradona avait fait du football un tremplin social qui l'avait érigé au rang de superstar. Il avait construit une légende autour de sa carrière et de son talent. Tout le monde se souvient encore de cette Coupe du Monde 1986 lorsqu'en 1/4 de finale il avait qualifié à lui tout seul l'Argentine face à l'Angleterre dans un match épique qui l'avait vu marquer un doublé mémorable dont, un, reste le plus beau but marqué dans la compétition et l'autre, le plus polémique, marqué de la main, la fameuse "main de Dieu". L'argentine et l'Angleterre venaient de sortir de la guerre des Malouines qui avait marqué la défaite du pays sud-américain. Ce match sonnait comme un air de revanche pour tout un pays et Maradona lui avait offert une victoire et lui rendait sa fierté; d'autant qu'il conduisit son équipe jusqu'au sacre final, la deuxième étoile pour l'Argentine. Depuis, "El Pibe de Oro" (le gamin en or), l'un de ses nombreux surnoms fut élevé en icône dans son pays et au-delà des frontières argentines. À cette époque, il avait déjà fait parler de lui dans le sud de l'Italie, à Naples plus exactement où il marquait de son empreinte la Série A, le championnat de football professionnel italien, championnat réputé le plus dur de l'époque. Naples, grâce à lui et à son talent, était passé d'un club quelconque à un cador de la Série A et de l'Europe avec lequel il remporta cinq titres majeurs dont deux championnats d'Italie (1987, 1990), une coupe d'Italie (1987), une supercoupe d'Italie (1990) et une coupe de l'UEFA (1989). On se souvient aussi, bien évidemment, de cette Coupe du Monde en 1990 en Italie, sur les terres de ses gloires. Après avoir éliminé l'Italie, composée en partie par ses coéquipiers de Naples, en demi-finale, "chez lui" à Naples, le public italien se retourna contre celui qu'il eut toujours vénéré en sifflant l'hymne argentin en finale contre l'Allemagne. Les larmes de la légende à cet instant-là restèrent à jamais gravées dans l'histoire de cette prestigieuse compétition. 

Mi-ange, mi-démon

Mais Maradona avait construit aussi sa légendaire réputation en dehors du terrain et à ses frasques extra-sportives. Ses relations sulfureuses avec le milieu napolitain et ses addictions à la drogue l'avaient vite rattrapé dans sa carrière. C'était un joueur qui menait une vie tumultueuse dans laquelle la drogue rythmait le quotidien. De gamin en or, il devenait le démon et défrayait les "Une" des faits divers des grands journaux italiens. La justice s'en mêlait et la chute commençait à prendre forme. De suspensions en condamnations, l'icône devint un pestiféré. La déchéance fut brutale et la fin du génie du football sur le rectangle vert fut précoce. Testé positif à la cocaïne lors de la Coupe du Monde 1994 aux États-Unis, la suspension qui s'ensuivit précipita la fin de sa carrière internationale. Le mythe Maradona est né: un joueur mi-ange, mi-démon. De son aveu, il déclara plus tard à l'issue de ses nombreuses cures que la drogue l'avait détruit et avait même failli emporter sa vie. En rajoutant qu'il aurait dû faire une carrière beaucoup plus accomplie sans la drogue. Maradona, c'était aussi ce personnage humble qui aime le football avant tout. On se souviendra toujours de ses déclarations émouvantes lors de son dernier match de sa carrière sous les couleurs de Boca Juniors, son club de coeur, dans une "Bombonera" (nom du stade du club) en ébullitions. Il déclara ce jour-là, en marque de son amour intarissable pour le football, que le football n'avait pas à payer des erreurs de certains, en parlant de lui, et qu'il s'était trompé et avait payé. Cependant, d'aucuns aiment se souvenir de ce joueur fantastique, unique qui fait du ballon tout ce qu'il veut; ce n'est pas lui qui courrait pour le ballon mais c'est le ballon qui se prosternait à lui. Diego Maradona avait fait du football, ce sport populaire et universel, une discipline encore plus vivante et euphorisante avec ses touches de balle, ses styles, ses jonglages et ses buts d'anthologie. Lorsqu'on évoque le nom du plus grand joueur de tous les temps, ils sont trois ou quatre à en prétendre la consécration dont, bien sûr, Maradona. Le choix sur le sujet en matière de football peut être subjectif et est relatif à la vision des différentes générations qui ont vu évoluer ces joueurs. Toutefois, l'enfant de Lanús (son quartier d'enfance) dégage une aura footballistique unique, sans égal et son charisme sur et en dehors du terrain fait aussi de lui un joueur unique et inimitable. C'était aussi un homme de coeur et d'engagement prompt à combattre l'injustice. Il avait fêté ses 60 printemps le 30 octobre dernier. Le gouvernement argentin a décrété un deuil national de trois jours en hommage à ce "Dieu du foot". Qu'il repose en paix!

Siempre Maradona!

 

EDDY RABE           

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents